web analytics
Fin de journée sur les îles Sanguinaires

Fin de journée sur les îles Sanguinaires – Corse

La présence humaine sur cet archipel remonterait au XVIe siècle, avec la construction d’une tour génoise, sur l’emplacement du phare actuel.

À l’extrémité sud-ouest se trouve une ancienne tour génoise, la tour de La Parata, construite en 1608.

En 1806, Mezu mare devient un poste sanitaire avec la construction d’un lazaret, aujourd’hui en ruine, destiné aux pêcheurs de corail retournant en Afrique.

Le sémaphore, implanté sur le piton central, est mis en service en 1865 et désarmé en 1955. Le phare est automatisé en 1985, date à laquelle le dernier des résidents quitte l’île.

Site Natura 2000 : Caractéristiques par leur aspect austère et hostile, les quatre îlots sont un site maritime classé, havre de paix pour des espèces d’oiseaux marins comme le goéland leucophée et le puffin, ainsi qu’une réserve naturelle pour une flore riche d’espèces rares et endémiques.

Il est rare de trouver une telle diversité sur une surface aussi petite : plus de 150 espèces poussent sur Mezu Mare. Les îles hébergent certaines plantes rares ou même absentes du reste de la Corse, parmi lesquelles le spectaculaire arum mange mouche. La végétation arborescente, dominée par le lentisque, est basse et adaptée à la proximité de la mer.

Parmi de nombreuses espèces halophiles, la plus répandue est le poireau sauvage, qui a donné son nom à l’île d’i Porri.

Source : Les îles Sanguinaires

06

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.